Constantin Meier

Né à Bruchsal, il a étudié la musique orchestrale au conservatoire Leopold-Mozart d’Augsbourg, puis a été transféré à l’école de musique de l’Université d’Augsbourg.

Université de musique de Stuttgart. Il y reçoit son diplôme d’orchestre, complète ses études de musique de chambre et termine ses études par un « examen final artistique ». Participation à des classes de maître de violoncellistes renommés.

Des engagements avec plusieurs orchestres professionnels ont suivi, jusqu’à aujourd’hui où il est un remplaçant permanent dans le groupe de violoncelles de l' »Orchestre philharmonique de Stuttgart ». De plus, il gagne sa vie avec de nombreuses productions musicales au

Jusqu’à présent, j’ai eu de très bonnes expériences avec l’Orchestre des Cultures.

C’est un grand plaisir pour moi de mélanger un instrument classique de l’orchestre symphonique avec le son d’instruments du monde. En parlant de ces instruments, je pense au « Sitar », un luth à cordes pincées originaire d’Inde, dont le son m’a toujours fasciné. En tant que grand fan des Beatles, j’ai rencontré cet instrument sur certaines de leurs chansons, notamment sur le célèbre « Norwegian Wood », joué par George Harrison. A l’époque, il prenait des cours avec le célèbre virtuose du sitar « Ravi Shankar ». Il y a quelques années, j’ai été autorisé à accompagner sa fille « Anoushka Shankar » avec un orchestre.

En tant que soliste, elle a joué le concerto pour sitar et orchestre composé par son père.Cette rencontre avec elle était d’autant plus fascinante pour moi que la famille Shankar, avec le

George Harrison, que j’admire beaucoup et qui est malheureusement déjà décédé.