Qui et pourquoi


Qui et pourquoi

La meilleure façon de démarrer votre premier blog est de commencer par les bases :

Qui ? Pourquoi ?

…….. Il s’agit d’une version allégée de la chanson de la rue Sésame qui reste gravée dans mon esprit :

Lorsque je suis enfin venu au monde en 1969, après de nombreuses tentatives infructueuses de mes parents, déterminées par les émeutes étudiantes, l’alunissage et les pères qui, à la naissance de leur progéniture, ne ressentaient pas encore de pression sociale pour être présents à la naissance, mais avaient plutôt un temps familial différent jusqu’à la présentation du nouveau citoyen de la terre, j’ai pu unir d’autant plus de noms pour compenser la fratrie inexistante. J’ai réussi à obtenir quatre prénoms, et plus tard j’en ai ajouté un cinquième lorsque j’ai réalisé qu’un des frères de mon père avait été oublié par jalousie fraternelle.

C’était un point sensible, d’ailleurs, comme je l’ai réalisé plus tard. Et comme, fatalement, je ressentais, comme mon père, un grand désir de m’attaquer à ce point sensible, je l’ai utilisé encore et encore contre mon propre créateur, qui, Dieu merci, était aussi très patient avec moi et mon tempérament.

Le mieux, c’est quand vous n’avez pas à vous en souvenir vous-même et que ce travail est apparemment effectué plus objectivement par vos contemporains : Selon un camarade de classe, les fruits de mes leçons de piano avec mon père étaient déjà évidents dans l’une des premières classes de l’école primaire.

Apparemment, il y avait un récital de classe avec Mozart que j’avais oublié. Ma maladresse ne m’a jamais empêché de faire des bêtises. Alors je me suis assis au piano et j’ai improvisé dans le style de Mozart, pour que tout le monde soit content. Et je m’amusais à tromper le public et à ne pas me faire prendre.

Eh bien, je pense qu’avec l’Orchestre des Cultures, j’ose maintenant être pris en tant que compositeur.

Pour le meilleur et pour le pire 😉

….and tentera de divertir et d’amuser le public honoré dans une séquence libre.

Cordialement, votre

Adrian Werum